Les actualités Systematic

SMPS 2016 - INTERVIEW D'ALAIN BERNARD, PROFESSEUR DES UNIVERSITE A CENTRALE NANTES

Interview d'Alain Bernard, Professeur des Universités à Centrale Nantes sur "La fabrication additive"

 

Publié le 09/09/2016 à Palaiseau

 

Présenter Alain Bernard comme Professeur des Universités à l’Ecole Centrale de Nantes serait incomplet au regard de son parcours. Interview du spécialiste français de la « fabrication additive » qui sera invité le 29 septembre prochain à l’événement Smart Manufacturing Paris Saclay.

 

Dans les années 80, nous parlions déjà de production automatisée, en 2016 c’est la fabrication additive qui passionne les innovateurs et les chercheurs. L'évolution technologique industrielle connait-elle une nouvelle révolution avec l'impression 3D ? 

Le laboratoire universitaire de recherche en production automatisée, Lurpa, a été créé en 1981 à Cachan (94), nous parlions alors de production automatisée. L’idée n’est pas de comparer des périodes mais plutôt d’imaginer aujourd’hui ce que peuvent être les produits du futur. Les technologies de fabrication additive permettent de faire des formes, des fonctions complètes et intégrées, y compris pour les objets connectés avec de l’électronique embarquée. Toutefois il y a un certain nombre d'éléments qui cadrent l'utilisation de la fabrication additive et il faut en être conscient et s'y souscrire. 

Nous savons que la fabrication additive, dans beaucoup de cas, n'est pas une solution qui permet de produire des objets que l'on vend tout de suite. Car l‘objet produit de cette impression 3D est brut, nous allons devoir appliquer des solutions de ponçage, de finition, comme par exemple cela est le cas sur des pièces de fonderie ou de forge. Grâce à la fabrication additive on peut imaginer de produire, à la fin, un objet avec beaucoup plus de valeur, au sens « business model », que l’on n’aurait pas pu faire avec les procédés des années 80. Donc 35 ans après la production automatisée et 30 ans après la naissance officielle de l'ère moderne de la fabrication additive, c'est à dire les premiers brevets de 1984, nous nous retrouvons, aujourd'hui, avec un ensemble de technologies et un nombre de constructeurs qui vendent des machines qui sont bien maîtrisés, avec autour d'eux une chaîne de valeur.

 

Quelles sont les évolutions à venir sur la fabrication additive ?

Un des points d'évolution maintenant, ce sont les "design guidelines". C'est à dire les guides de conception que l’on pourra intégrer à des suites logicielles dans les bureaux d’études. Cela permettra de simuler les capacités de ces technologies ou d’évaluer l'impact d'utilisation de ces technologies au regard de la conception. Les caractéristiques du matériau final ne sont connues qu'à la fin de la fabrication, et entre temps, il y a une transformation physico-chimique assez lourde. De plus en plus, les logiciels s'intéressent à cette nouvelle manière de voir la matière comme un ensemble de particules ou de volumes élémentaires. C’est certes une contrainte mais il faut faire confiance aux informaticiens/mathématiciens et aux développeurs/ingénieurs. Les plateformes qu’ils développeront vont intégrer et contrôler l’ensemble des lois de la physique, de l’esthétique ou de l’ergonomie directement à la conception. 

 

Quel rôle joue la France dans ce contexte ?

La France n'est pas en retard contrairement aux idées reçues. Nous avons toujours été moteur dans la création de nouvelles idées, de centres techniques de promotion, de transfert technologique. La France est tout à fait mature et comprend de nombreux spécialistes reconnus internationalement. Aujourd'hui, il faut que les acteurs industriels retrouvent confiance dans l'avenir positif de ces technologies malgré les grands niveaux d'investissements, les questions sociales ou l’environnement industriel. Il y a vraiment une prise de conscience collective autour du développement de cette chaine de valeur afin que la fabrication additive soit vécue comme une opportunité industrielle pour la France.

 

Pour en savoir plus sur la fabrication additive, Alain Bernard et Claude Barlier sont les auteurs d’un des seuls livres en France sur le sujet : « Fabrication additive - Du Prototypage Rapide à l'impression 3D »

Editeur : Dunod (19 août 2015)

Collection : Technique et Ingénierie

>> https://www.amazon.fr/Fabrication-additive-Prototypage-Rapide-limpression/dp/2100711393

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Pour plus d'informations sur le programme de l'événement,
consultez le site internet dédié à l'événement : 

www.smps.eu

TAGS:

SMPS ; Smart Manufacturing Paris-Saclay ; Alain Bernard ; Centrale Nantes