Actualité

[INTERVIEW] OpenDataSoft, Champion 2018/2019 du Pôle Systematic Paris-Region

Publié le 26 octobre 2018

Des plateformes pour partager les données

Fin 2011 s’ouvrait le portail Data.gouv.fr, le site internet du gouvernement français qui donne accès aux données publiques. Au même moment naissait OpenDataSoft, dont l’objectif était de proposer à toutes les collectivités publiques un logiciel permettant la création d’un portail d’Open Data. Aujourd’hui, la plateforme de partage des données d’OpenDataSoft est autant utilisée par des entreprises privées que par des établissements publics. David Thoumas, co-fondateur et directeur technique, raconte l’aventure d’OpenDataSoft et ses fortes ambitions, en France comme à l’international.

Comment définiriez-vous l’offre d’OpenDataSoft ?

David Thoumas : Nous fournissons un outil permettant de centraliser, traiter, visualiser et partager les données facilement dans divers formats et sur une seule plateforme. Nous sommes convaincus que pour créer de la valeur à partir de la donnée, les organisations doivent nécessairement partager ces données. C’est pour cette raison que nous avons créé OpenDataSoft : pour développer une approche agile permettant aux entreprises privées, aux villes et ministères de donner aux utilisateurs métier l’accès aux données dont ils ont besoin.

Au départ vous visiez les collectivités publiques, mais aujourd’hui la moitié de votre activité est dans le secteur privé…

En fait, dès le démarrage d’OpenDataSoft nous avons réalisé que la demande était très forte du côté des entreprises, qui elles-aussi cherchaient un outil de partage de données. Notre premier client a été une collectivité locale, mais très vite nous avons réorienté notre stratégie pour viser autant le secteur privé que le secteur public. Aujourd’hui, nos clients sont des villes, des ministères… mais aussi des entreprises comme Schneider Electric, Air Liquide, Enedis, Saint-Gobain, Veolia, SNCF…

Comment aborde-t-on ces marchés très différents ?

Sur le plan technique, les fonctionnalités du logiciel ne sont pas fondamentalement différentes, car les besoins sont assez proches : dans tous les cas, il s’agit d’agréger des données et de les mettre à disposition sous une forme facile à utiliser et en générale visuelle comme des cartes ou des graphiques. Quel que soit le type de client, notre point fort est de proposer une solution complète (collecte, transformation, partage des données) et « clés en main ». Ce qui veut dire que l’on peut éviter d’en passer par un projet informatique long et coûteux. D’ailleurs, notre point d’entrée, ce ne sont pas les directions informatiques, mais plutôt les directions du marketing ou de l’innovation, qui sont bien plus réceptives à ce que nous proposons. Mais, évidemment, on ne parle pas à un grand groupe industriel comme à une collectivité locale !

Quelles sont vos perspectives de développement en France?

Elle sont encore très importantes. Rien que dans le secteur public, il faut savoir que sur les 4500 collectivités concernées par l’Open Data, seulement 300 se sont pour l’instant équipées d’une plateforme permettant de les mettre à disposition… Nous avons ensuite beaucoup à réaliser dans le secteur privé en France, notamment avec des entreprises  travaillant sur les problématiques de la ville : mobilité, énergie, gestion de l’eau, des déchets, etc.

Et à l’international, où en êtes-vous ?

Nous travaillons aujourd’hui avec plus de 180 clients répartis dans 18 pays. 80% de nos clients sont en France, toutefois, notre filiale américaine a connu une forte croissance en 2018 et compte aujourd’hui une quinzaine de clients. Nous venons d’ouvrir un bureau à Londres, et nous avons aussi des clients en Allemagne, au Bénélux, en Suisse et au Moyen-Orient.

A plus long terme, à quoi ressemblera l’activité d’OpenDataSoft ?

Nous souhaitons à moyen terme devenir leader mondial du partage de données, grâce à notre développement international, mais aussi en faisant évoluer notre plateforme vers des services innovants, bien au-delà de la présentation et du partage de données. L’idée est d’aller plus loin dans la chaîne de valeur des données, de manière à ce que notre offre devienne un véritable levier de croissance pour nos clients.

Un conseil pour une start-up ?

Sachez apprendre de vos erreurs, afin d’adapter rapidement votre stratégie, que ce soit sur le plan technologique, commercial, ou financier.

Plus d’informations

Visitez le site internet de OpenDataSoft

Découvrez les interviews des autres Champions Systematic :