Actualité

La 5G dans la continuité des générations précédentes se met au service des entreprises !

Publié le 8 juillet 2020

La 5G occupe de plus en plus nos conversations, entre collègues, avec nos amis. Certains l’attendent avec impatience, d’autres sont encore perplexes. Le Hub Digital Infrastructure et IoT du Pôle Systematic Paris-Region vient de sortir un White Paper sur le sujet.

A cette occasion nous avons demandé à Guy Pujolle, Professeur à Sorbonne Université, spécialiste des réseaux et VP du Hub Digital Infrastructure et IoT, de décrypter pour nous les enjeux de la 5G.

Comment définissez-vous la 5G ?

La 5G s’inscrit dans la continuité des générations précédentes, c’est simplement la génération qui suit la 4G !

Qu’est-ce qui la caractérise ? Elle est davantage destinée aux entreprises qu’au grand public. Elle va permettre de déployer davantage d’applications et surtout de nouvelles applications. C’est vraiment une de ses spécificités et ce qui la différencie des générations précédentes.

Cela ne veut pas dire que le grand public ne va pas bénéficier de la 5G. Pour tout un chacun la 5G présente l’avantage d’avoir plus de débit, elle propose une continuité des précédentes générations dans l’augmentation des performances du réseau.

Au-delà d’un débit plus conséquent, qu’est-ce qu’apporte la 5G ?

La 5G se distingue par grandes 3 catégories : L’Internet des Objets, les missions critiques avec une grande fiabilité, l’internet haut débit en mobilité.

Internet des Objets

La 5G permet tout simplement et efficacement la connexion de millions voire de milliard d’objets.

Concernant l’IoT et la 5G je pense, par exemple, à la ville intelligente. Des capteurs, positionnés dans l’espace urbain, permettent de récupérer des informations sur les bus, taxis, Uber, vélos, et d’indiquer à l’utilisateur “si vous allez à tel endroit compte-tenu de votre condition physique le mieux c’est d’utiliser tel moyen de transport pour arriver le plus vite possible.”

Missions critiques

De quoi s’agit-il ? Cela concerne des applications telles que l’internet tactile qui rend possible, par exemple, une opération à distance. Un médecin à travers un équipement tactile est capable d’opérer un patient situé à 500 km, grâce à une machine, à distance tactilement, il fait passer l’information avec un retour haptique qui lui donne l’information de la force de son mouvement. S’il coupe quelque chose il a besoin de savoir si cela résiste ou non. C’est l’application qui représente bien l’internet tactile. Il y en a beaucoup d’autres !

Dans la même thématique des missions critiques avec une haute fiabilité la 5G permet le contrôle et l’automatisation du réseau véhiculaire grand public. Les temps de latence de l’ordre de la milliseconde sont parfaitement adaptés à ce type d’application.

L’Automatisation touchera également l’industrie 4.0. En effet, avec la 5G, l’industrie 4.0 pourra, à long terme, mettre en œuvre l’automatisation de la fabrication de tout ce qui existe. Ainsi, Le client commandera une voiture directement à l’usine. L’usine construira sa voiture dans la journée, avec toutes les caractéristiques qu’il a pu demander, ensuite la voiture lui sera livrée en fin d’après-midi ! Tout sera complètement automatisé.

Haut débit

La 5G permet également d’accéder à un Internet Haut débit en mobilité, dans un train par exemple, le fait d’avoir plusieurs dizaines, centaines de mégabits par seconde permet de pouvoir travailler comme à son bureau ou chez soi.

Qu’en est-il de la consommation d’énergie de la 5G ?

Il est difficile de comparer la consommation globale d’énergie de la 5G avec les générations précédentes. Ce que faisait précédemment une antenne est découpé en 2 parties dans la 5G. Il y avait l’antenne proprement dite et un boîtier électronique, sur le mat de l’antenne ou à son pied, qui permettait de traiter le signal et tous les aspects de changements intercellulaires des utilisateurs.

Avec la 5G ce boîtier ne se trouve plus avec l’antenne, il est placé dans un data center, lui-même à quelques kilomètres de l’antenne.

Si l’on considère l’antenne proprement dite, la 5G consomme beaucoup moins d’énergie, beaucoup moins parce que le travail principal qui prend de l’énergie n’est plus dans l’antenne.
Maintenant, si on prend l’ensemble : l’antenne et tous les traitements qui sont liés à l’antenne qui sont dans le data center, pour moi, il n’y aura pas d’augmentation globale.

En effet, au sein du data center, on va non seulement avoir le traitement d’une antenne mais également de tout un ensemble d’antennes. On traitera beaucoup d’autres applications… Un grand nombre de traitements sont mis en commun, c’est pourquoi il est délicat de comparer la consommation d’énergie de la 5G avec les générations précédentes.

Qu’aimeriez-vous ajouter sur l’intérêt de la 5G ?

La 5G est très convaincante du point de vue économique, elle est au service des entreprises, très orientée vers de nouvelles applications d’optimisation du travail.

L’économie devrait ainsi en profiter énormément, ne serait-ce qu’à travers les villes intelligentes, les bâtiments intelligents l’IoT, … tout cela permettra d’optimiser très fortement la productivité des entreprises. Les pays qui ne vont pas jouer sur la 5G vont prendre du retard.

A mon sens, la 5G représente un facteur favorable qui devrait booster l’économie. C’est pour cela que l’ARCEP a décidé d’y aller.

En allant à la 5G on met des billes fortes : il faut y aller, même si je reconnais qu’il y a une dépense budgétaire supplémentaire qui peut être difficile en ce moment pour les industriels des télécommunications.

La 5G cela pourrait relancer l’économie pas instantanément mais à moyen, long terme !