Actualité

Phase 4 de la politique nationale des Pôles de compétitivité : Systematic en ordre de marche pour s'imposer comme le 1er écosystème européen des Deep Tech et porter l'innovation française sur la scène mondiale

Publié le 6 février 2019

Labellisé par l’État Français à l’issue de l’appel à candidatures relatif à la Phase 4 de la politique nationale des Pôles, Systematic dévoile ses ambitions et les leviers qu’il activera pour décupler les capacités d’innovation et la croissance de l’écosystème francilien des Deep Tech, tout en accélérant son rayonnement à l’international. Pour servir ces objectifs, le Pôle restructure ses activités autour de 6 Hubs Deep Tech servant 3 enjeux économiques et sociétaux majeurs, et annonce l’intégration du cluster Opticsvalley.

Alors que les objectifs définis dans son Contrat de Performance pour la phase 3 (2013-2018) ont tous été atteints, voire dépassés, le Pôle Systematic Paris-Region engage la phase 4 avec l’ambition de devenir le Pôle européen de référence sur les Deep Tech. A cette fin, Systematic se fixe deux objectifs prioritaires :

  1. Renforcer sa puissance d’innovation pour rendre sa capacité de R&D partenariale encore plus performante et atteindre 4 milliards de R&D (cumulés depuis sa création) en France et en Europe ;
  2. Assurer la croissance des entreprises de son écosystème innovant, de renommée européenne et internationale, fortement ancré dans le territoire francilien, pour compter plus de 1000 membres d’ici 2022.

« L’hyperconnectivité, les déluges de données, la diffusion de technologies de rupture comme l’IA, l’informatique cognitive et la robotique, l’émergence de nouveaux usages portés par les nouvelles générations, etc. imposent de repenser l’innovation et de miser encore plus qu’avant sur les écosystèmes et les compétences. La France se distingue à l’échelle mondiale par l’excellence de certaines filières de savoir-faire et la puissance d’innovation technologique de ses laboratoires publics et industriels. De plus, en inventant il y a plus de 10 ans le modèle des Pôles de compétitivité, elle dispose d’un outil très puissant pour décupler la force de ses écosystèmes d’innovation. La phase IV est une formidable opportunité d’aller encore plus loin dans la création d’un environnement collaboratif qui serve non seulement les enjeux de compétitivité économique et d’attractivité de la France, mais aussi les défis de société que tous les pays du monde ont à relever »,
détaille Jean-Luc Beylat, Président de Systematic Paris-Region

Être moteur dans le développement d’écosystèmes d’innovation de pointe

Pour ce faire, l’activité de Systematic se structure autour de 6 Hubs Deep Tech qui agrègent des technologies sur lesquelles le Pôle est déjà leader national, voire européen :

  • Data Science & AI
  • Cyber & Security
  • Digital Infrastructure & IoT
  • Digital Engineering
  • Optics & Photonics
  • Open Source

Systematic se basera sur cette puissance d’innovation pour adresser des grandes thématiques structurantes et stratégiques pour la France comme la cybersécurité, l’IA, la 5G, les supercalculateurs, le quantum computing, l’open source, l’usine du futur, etc.

Ces Hubs serviront directement les grands défis économiques et sociétaux induits par la transformation numérique et auxquels font face les territoires (pour faciliter la vie au quotidien dans un monde durable), l’industrie et les services (pour accélérer la compétitivité et devenir agile), ainsi que la société (pour développer de nouveaux usages, par exemple en matière de santé ou de protection des données personnelles, etc.).

Chaque Hub aura pour mission de développer et d’animer un écosystème d’excellence internationale pour atteindre une masse critique et peser à l’échelle mondiale. Plusieurs volets seront traités : vision et prospective, développement marchés et business, développement des compétences, développement de plateformes technologiques, recherche & innovation, développement d’alliances stratégiques, etc.

Pour amplifier l’action des Hubs, des accords de partenariats seront noués avec les Pôles de compétitivité dits « marchés » (sécurité, défense, énergie, électronique, ville, etc.), ainsi qu’avec les comités stratégiques de filières et autres alliances type Industrie du Futur. Les accords existants avec Cap Digital, Mov’eo, Medicen, Safe, ou encore Astech seront renforcés. Les alliances stratégiques avec l’IRT SystemX, la SATT Paris Saclay et l’Université Paris-Saclay seront également accentuées, tout comme les coopérations avec Teratec pour le programme HPC et quantum computing ou encore le logiciel embarqué avec Embedded France, l’ANSSI, le CNLL, le Smart Energy French Cluster (SEFC) et l’Alliance des Pôles pour l’industrie électronique et les infrastructures numériques.

Le Hub Optics & Photonics s’appuiera quant à lui sur l’intégration du cluster Opticsvalley, leader francilien de l’optique-photonique avec plus de 160 membres, dont les technologies (capteurs, lifi, lidar, lasers, etc.) sont particulièrement complémentaires des briques technologiques du pôle et alignées avec ses enjeux marché. Cette intégration sera signée le 20 février avec effet rétroactif au 1er janvier 2019.

Faire rayonner l’excellence française des DeepTech à l’international

Au niveau européen, l’ambition est de créer une task force « European Building proposal » qui fera rayonner les innovations Deep Tech du Pôle et portera la croissance des membres. Un alignement sur Horizon Europe est prévu, le but étant de renforcer l’écosystème européen de recherche et innovation et de partager l’excellence. Les actions menées dans le cadre de l’EEN et du programme Startup Europe dont le Pôle est membre seront également renforcées. Enfin au niveau de chaque Hub Deep Tech, des partenariats seront noués et des projets européens seront déposés et labellisés.

A l’échelle internationale, des actions seront notamment opérées avec les partenaires nationaux (CCI/Business France) et territoriaux (Paris Region Entreprises) pour promouvoir les acteurs du pôle, accueillir des délégations étrangères et contribuer à l’attractivité du territoire vis-à-vis des investisseurs et des talents.

Pour se donner les moyens de ses ambitions, Systematic peut compter sur le soutien renouvelé de la Région Ile-de-France et de l’Etat.  En même temps, le pôle a bâti un modèle économique et de gouvernance solide. Une diminution des aides publiques est anticipée (-25% entre 2019 et 2022) ainsi qu’une forte augmentation des crédits européens (+60%). En outre, la part privée dans le budget du pôle passera de 50% à 60% sur la période. De nouvelles entreprises majeures ont déjà annoncé, au vu de cette nouvelle ambition, vouloir rejoindre le Pôle Systematic.

Chiffres-clés

900 membres en 2019 dont 570 startups et PME, 21 ETI, 140 grands groupes, 150 établissements de recherche et/ou d’enseignement supérieur et de recherche et 26 autres structures (investisseurs, associations, etc.).
48 Champions représentant 1,1 milliard d’euros de chiffre d’affaire cumulé en 2018 et 658 millions d’euros levés entre 2011 et 2017.

9 millions d’euros de commandes passées aux PME du Pôle via la plateforme UGAP en 2017.

Plus de 450 millions d’euros levés par les PME labellisées et/ou accompagnées par le Pôle depuis 2013.

3,18 milliards d’euros investis en R&D depuis la création du pôle au travers de 625 projets de R&D labellisés par le pôle et ayant été retenus pour financements (1/3 public – 2/3 privés).
650 produits issus de la R&D du Pôle mis sur le marché.
Plus de 230 procédés et services issus des projets R&D commercialisés.
Plus de 165 brevets déposés à l’issue des projets du Pôle.
76 projets européens financés.