Actualité

[Retour sur] Les soirées de l'innovation de Versailles Grand Parc

Publié le 10 janvier 2018

Le pôle Systematic Paris-Region, Mov’eo, le Versailles Sciences Lab de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, le cluster Embedded France, Versailles Grand Parc et la ville de Versailles ont accueilli plus de 60 personnes  le 12 décembre dernier lors de leur soirée de l’innovation.

Cet évènement était l’occasion de découvrir la richesse et l’attractivité de l’écosystème des territoires des Yvelines en matière d’innovation. L’objectif était ainsi de permettre à cet écosystème de créer et déployer, sur le territoire des Yvelines puis au-delà, des solutions innovantes (équipements, technologies, infrastructures, applications, services), conçues dès l’origine en lien avec les usagers et les acteurs institutionnels, en partenariat avec les acteurs de la recherche et avec le soutien de nouveaux financeurs.

Une telle interaction entre ces différents acteurs peut facilement mener à des projets de recherche et de développement collaboratifs ainsi qu’à des financements ambitieux permettant d’accompagner la croissance des entreprises, l’emploi et la formation.

La soirée était organisée en 3 temps : une première table ronde donnant la parole aux financeurs, Communes, Pôle de compétitivité, une deuxième table ronde qui apporte la réponse aux attentes et besoins, enfin , un dîner autour de 3 thèmes : la mobilité des personnes et des biens, la circulation des idées et du savoir et le rayonnement au-delà du territoire.

 

Table ronde « Ambition numérique du territoire quelles sont les attentes et vision »

Nos témoins partagent des attentes très complémentaires, ce qui est rassurant…

Le numérique, qui  rapproche instantanément besoin et solution, est taillé pour apporter de nouveaux services, en mobilité des personnes et des biens, pour renforcer l’égalité des chances à l’école ou pour améliorer le vivre ensemble et le travailler ensemble.

Mais les verrous auxquels ils se heurtent présentent les mêmes fondamentaux…est-ce inquiétant ??

Il faut vaincre les résistances aux changements, qu’il s’agisse de référentiels (pédagogiques, culturels, réglementaires, technologiques, en finance publique, d’employabilité…), sans oublier que ces phénomènes sont démultipliés par la diversité des acteurs impliqués.

Et finalement tous démontrent, par leur projets concrets, que les attentes peuvent être satisfaites et les résistances dépassées, notamment par des partenariats public-privé.

Les références sont éclatantes, qu’il s’agisse de mobilité (projets Tornado/Ecove), d’école numérique solidement établie depuis 15 ans, de communication à forte valeur ajoutée et des premiers travaux sur la « data value » des transports urbains….

Table ronde « Parole à l’écosystème »

L’objet de la table ronde était de partager des retours d’expérience et d’échanger sur la synergie entre académiques, laboratoires de recherche et PME. Le débat s’est ensuite centré sur les questions de mobilité qui se posent dans le territoire et les réponses qu’une telle synergie peut apporter.

DPS : M. Patrick Grimbert a présenté le projet de recherche MIME, porté par DPS et labellisé, entre autres, par le pôle Systematic. Le produit KARREN issu du projet s’adresse à l’ingénierie collaborative. Il supporte la traçabilité entre données interdisciplinaires et la gestion de leurs évolutions au cours du temps. Le projet MIME implique plusieurs autres PME et leur permet de conforter leurs priorités et résultats de recherche par rapport aux vues des industriels partenaires. Il implique également le laboratoire de recherche en mécatronique de SUPMECA.

SUPMECA : Mme Olivia Penas, enchaînant sur les propos de M. Grimberg, a présenté les contributions de SUPMECA au travers du développement de méthodologies dédiées à l’ingénierie collaborative et de la réalisation de spécifications pour le produit KARREN. Certains de ces travaux sont axés sur l’ingénierie des systèmes complexes et effectués avec EIRIS Conseil, PME partenaire. En outre, Mme Penas a insisté sur la nécessité de diffuser rapidement les connaissances acquises et a expliqué comment SUPMECA intègre au plus tôt les résultats de recherche au cursus pédagogique de ses étudiants.

CVS : Mme Graziella Vallée a présenté la PME Château de Versailles Spectacles qui fonctionne seulement avec une quarantaine d’emplois permanents et sans aucune subvention publique. Sa mission est de faire vivre le château et les jardins au travers de différents types de spectacles, dont des créations….  d’œuvres du XVIIéme ou du XVIIème siècle. Mais si CVS n’a aucun mal à faire voyager son public dans le temps, il n’en n’est pas de même pour lui permettre de se déplacer, surtout le soir. Ses initiatives ont besoin d’innovations du XXIème siècle et particulièrement dans le domaine des transports et de la mobilité.

Vedecom : M. Jean-Luc Marbach a répondu à Mme Vallée en présentant les initiatives de l’institut pour la ville en mouvement autour de trois axes d’innovation : mobilité et énergie partagées, électrification des véhicules et délégation de conduite et connectivité. Au-delà des projets de recherche en cours, Vedecom essaime les pratiques et les technologies issues de sa recherche auprès des entreprises et prévoit de soutenir la création de startups dans ses domaines d’innovation. Les doctorants, traits d’union entre l’université, l’institut et l’entreprise sont des vecteurs d’essaimage reconnus.

Versailles Science Lab : M. Dominique Barth, rebondissant sur la remarque, a expliqué comment Versailles Science Lab met à disposition les expertises de l’université UVSQ au profit de TPE et PME ; entre autres moyens par le biais de doctorants. Dans le domaine numérique, il s’agit de la conception d’algorithmes novateurs apportant un caractère différentiant aux produits développés par les PME . Les startups DCbrain et TAKENB qui se sont exprimées ensuite ont témoigné de l’intérêt  d’une telle collaboration, leurs algorithmes les plus complexes ayant été développés avec Versailles Science Lab.

DCBrain : M. Arnaud de Moissac nous a parlé de réseaux de fluides et de l’apport des théories de l’intelligence artificielle à l’optimisation de flux. Les solutions de DC Brain concernent tous types de flux depuis les flux d’énergie (électricité, gaz) jusqu’aux flux logistiques sans oublier les flux de véhicules. Voilà qui rejoint les sujets d’intérêts de Vedecom.

TAKENB : Mme Magdaléna Mauconduit nous a expliqué les services fournis par TAKENB, une plate-forme de livraisons groupées. L’apport de Versailles Science Lab a été précieux dans la conception d’algorithmes d’optimisation des trajets de livraison.

[Téléchargez les slides diffusées lors de la soirée]

Nous vous donnons rendez-vous au 2ème trimestre 2018 avec la thématique :

Mobilité – Les difficultés du dernier kilomètre.