Article

COB-Usine du Futur : 26 PME présentées aux Grands Groupes

Publié le 2 juillet 2018

A l’initiative de son Groupe Thématique “Usine du Futur” et en partenariat avec le programme ReIndustry, le Pôle de compétitivité Systematic Paris-Region organisait, jeudi 28 juin, à Paris, le Club Open Business (COB) sur la thématique « Industrie 4.0 ». Bilan de ces rencontres : l’usine du futur n’est plus une usine à gaz !

Le Club Open Business (COB) est une offre de service qualifiée du Pôle Systematic Paris-Region dont l’objectif est de faciliter les relations business entre l’innovation des startup & PME et le savoir-faire des Grands Groupes.

>> COB 2017 : 13 PME innovantes présentées à la DGA et aux Grands Groupes

Logistique, robotique, cobotique, Internet des Objets (IoT), cybersécurité, réalité augmentée, géolocalisation, maintenance prédictive ou analyse des process, pour sa 18e édition, le COB proposait des rencontres qualifiées réservées par les sociétés innovantes pour présenter en tête-à-tête aux Grands Groupes leurs technologies en lien avec “l’usine du futur“.

Qualité des échanges, sélection fine des PME selon les secteurs et les technologies, fiches d’informations fournies en amont aux Grands Groupes, rendez-vous chronométrés de 20 minutes … Les participants ont unanimement salué le format de ces rencontres business proposées par Systematic Paris-Region.

Pôle de compétitivité Systematic Paris-Region, qui sommes-nous ?

Ainsi, voici le bilan de cette édition 2018 : 65 rendez-vous entre les 53 participants ont eu lieu, jeudi 28 juin, à l’Espace Vinci, à Paris. Pour rappel, depuis l’ouverture par Systematic Paris-Region de ces Club Open Business, plus de 350 rendez-vous d’affaires ont été réalisés et plus de 200 acheteurs sont impliqués (Veolia, Alstom, Schneider Electric, EDF, Altran, Areva, Nokia).

« L’industrie du futur on en parle beaucoup. Beaucoup veulent s’industrialiser mais ne savent pas forcément par quel bout s’y prendre. Egalement, beaucoup d’offreurs de solutions n’arrivent pas à accéder directement aux industriels afin de tester et appliquer leurs solutions.

La force du Club Open Business et du programme ReIndustry c’est de permettre des contacts calibrés entre industriels et PME. Peu de programmes offrent pareils échanges directs. En général c’est un business développeur qui sert d’intermédiaire. Enfin, le processus de sélection des PME via le Pôle Systematic et le programme ReIndustry offre un gain de temps significatif pour les Grands Groupes », confiait à Systematic Paris-Region, Mélanie Lagière, Consultante à Innoeco.

 

Le programme ReIndustry à la manoeuvre

Le programme ReIndustry du Pôle Systematic Paris-Region, qui aide les start-up à créer, développer et valider leur innovation avec des Grands Groupes Sponsors (Siemens, Daher et ESI Group), tout en tissant avec eux des relations business privilégiées, était partenaire de l’événement.

>>Pour en savoir plus sur le programme ReIndustry

 

COB 2018 : « C’est intense, en 20 minutes on va droit au but ! »

Les Grands Groupes présents lors de ce Club Open Business dédié à l’usine du futur :

Total, Vinci, Technip, Orano, Renault, Bertin Technologies, Siemens, Innoeco (du programme ReIndustry du Pôle Systematic).

« Pour Renault, ces Club Open Business mis en place par Systematic Paris-Region permettent de nous maintenir à niveau. On y apprend beaucoup de choses, il y a tellement de nouveautés. L’idée de présenter dès le départ les sociétés intéressées et que l’on puisse choisir celles qui s’inscrivent dans nos centres d’intérêts permet d’éviter de perdre du temps. Sur les 8 entreprises innovantes que j’ai pu rencontrer en 20 minutes, il n’y a pas de déchets. Le format choisi avec notamment la liste des informations fournies en amont est, je trouve, très adapté et optimise ces rencontres business », témoignait, Philippe Montfort, Chef Expert ingénierie de fabrication du Groupe Renault.

« Durant ces Club Open Business les rendez-vous sont très ciblés. Il ne s’agit pas d’un salon où l’on erre pendant des heures et où l’on peut perdre beaucoup de temps. J’ai eu une dizaine de rendez-vous. C’est intense et en 20 minutes on va droit au but. Pour notre groupe, ces COB sont une bonne source de veille technologique. Nous avons par exemple des besoins en maintenance prédictive, en sécurité, en réalité augmentée… Pour Total, l’intérêt des pôles tels que Systematic et d’autres, c’est qu’ils fédèrent autour d’eux des sociétés sur des thématiques bien particulières en lien avec nos métiers et qu’ils labellisent les innovations de leurs membres », livrait, Nathalie Mourot, Déléguée innovation, Aide aux PME innovantes du Groupe Total.

Les 26 PME et startups présentées

Algodone, CYM, DC-Brain, DIOTA, Ermeo, Fidelise, Fybots, Holomake, Isybot, Jarriquez, Lavoir Moderne, Manzalab, MIP Robotics, Multistation, OpenDatasoft, Ordinal Software, Scortex, Skyreal, Strains, Teratonics, Theoris, Vandelay, Verteego, Vertical M2M, Wallix, XXII.

« Lors de ces Club Open Business, nous rencontrons des personnes avec lesquelles nous pouvons vérifier si nous avons les mêmes préoccupations, dans l’aéronautique comme dans d’autres secteurs industriels. Nous avons déjà des contacts mais nous sommes-là pour valider cette hypothèse. Sommes-nous loin du compte ?  Est-ce que notre technologie peut facilement se dupliquer dans d’autres environnements ? Tous ces sujets liés à l’usine du futur, à l’industrialisation, à la digitalisation sont en général des initiatives très transverses et les réseaux d’acteurs du numérique comme Systematic Paris-Region sont des éléments de visibilité importants pour une PME », Hugo Falgarone, Président fondateur de Skyreal.

 

« Les pôles de compétitivité nous permettent d’accélérer les rencontres, notamment avec des fabricants automobile tel que Renault présent lors de ce Club Open Business. Cela nous permet de rentrer plus facilement en contact avec leurs fournisseurs qui sont nos clients. Egalement, Systematic Paris-Region nous aide à nous faire connaître en amont auprès de nouveaux marchés pour nous tel que l’aéronautique. Cela permet d’engager des discussions, de calibrer son discours, de rencontrer immédiatement les bonnes personnes », Christophe Raix, co-fondateur et COO de Scortex.

> Pour découvrir les bilans des éditions précédentes et les prochaines dates du Club Open Business