Article

Dans le monde, en analyse sémantique, la PME francilienne Proxem a le dernier mot

Publié le 19 juillet 2018

Editeur de logiciels spécialisé dans le text mining, pionnier de l’analyse sémantique informatique, la société Proxem, membre du Pôle Systematic depuis 2007, conjugue intelligence artificielle et Big Data au service, entre autres, des entreprises. Entretien avec François-Régis Chaumartin, fondateur de Proxem.

Créé en 2007 et basé à Paris, Proxem est le leader français de l’analyse sémantique des Big Data textuelles. Expert dans le traitement automatique du langage naturel, l’analyse des données non-structurées et le Web sémantique, Proxem aide les entreprises à intégrer ces technologies dans leur système d’information, sur plusieurs cas d’usage créateurs de valeur.

La suite de logiciels SaaS d’analyse sémantique de Proxem permet de traiter les données textes dans des domaines très variés avec une robustesse industrielle. Le logiciel d’analyse sémantique de l’entreprise francilienne est multilingue, multisource et multisujet. Proxem propose ainsi son expertise dans quatre domaines : l’expérience client (Auchan, Bouygues Telecom, Enedis…), les ressources humaines (MAIF, Dassault Systèmes, Pôle emploi,…), l’intelligence de marché et l’analyse de contenu (Total, Air Liquide,…).

En quelques chiffres

La technologie de Proxem couvre 25 langues. C’est aussi plus de 100 projets réalisés, avec des partenaires tels que : Air Liquide, agap2, Auchan, Bouygues Telecom, Carrefour, Dassault Systèmes, Decathlon, Enedis (ERDF), Engie, En Marche, Europcar, TNS Sofres, Total et Viadeo. L’entreprise compte sur une équipe de trente personnes dont près de la moitié (12) est dédiée à la R&D. La PME francilienne connaît actuellement une forte augmentation de son chiffre d’affaires sur le dernier exercice, de plus de 60%, pour parvenir à un CA fin juin 2018 de 2,3 millions d’euros (1,4 M d’€ en 2017). Enfin, Proxem a réalisé plusieurs levées de fonds, en 2011 (120K€ auprès de business angels), puis en 2016 auprès d’ALIAD (fonds de capital-risque d’Air Liquide) ainsi que 1 M d’€ auprès d’Odyssee Venture.

Entretien

Avec François-Régis Chaumartin, ingénieur en informatique, docteur en linguistique théorique et créateur de Proxem.

En quoi consiste l’activité de Proxem et à quel stade de son développement se trouve votre société ?

Nous sommes éditeurs de logiciels. Notre métier est d’aider nos clients à prendre de meilleures décisions et à automatiser certains processus en utilisant l’analyse sémantique, une branche de l’intelligence artificielle qui transforme le texte en données et le rend donc « calculable ».

Aujourd’hui, Proxem est leader français de ce segment. Notre logiciel s’applique à la connaissance client, aux ressources humaines et à d’autres cas d’usages comme par exemple la conformité de documents juridiques.

Nous combinons deux types de technologies, l’intelligence artificielle pour la partie compréhension de la langue humaine et le Big Data (nous savons analyser des centaines de millions de documents).

A qui s’adresse votre technologie ?

Proxem c’est du BtoBtoC. Nos clients sont généralement des BtoC. Nous aidons les grandes marques à comprendre les attentes de leurs consommateurs pour les transformer en produits et services mieux adaptés. Lorsqu’un consommateur écrit pour s’informer ou pour réclamer, auprès, entre autres, d’Auchan, de Bouygues, d’Enedis, ou d’Europcar, ce sont nos systèmes qui vont permettre de catégoriser les demandes et de les prioriser. En plus de mieux comprendre les consommateurs, Proxem aide aussi à automatiser des processus : les chargés de clientèle gagnent du temps en répondant aux questions fréquentes posées par e-mails grâce à l’amorce automatique des brouillons de réponse ; ou avec la modération automatique des commentaires d’internautes sur les sites web grand public des marques.

« Proxem œuvre également pour l’emploi en France »

Notre activité œuvre pour l’emploi en France. Par exemple, dans le cadre de notre offre RH, Proxem permet d’une part aux collaborateurs d’une entreprise de s’exprimer sur la qualité de vie au travail. Nous aidons à analyser les baromètres sociaux pour déterminer du point de vue des salariés ce qui fonctionne dans l’entreprise ou ce qui peut être amélioré. D’autre part, Proxem permet également de mieux recruter ou trouver un emploi à travers le matching entre offres d’emplois et curriculum vitae. En 2017, Proxem a été lauréat du challenge Big Data RH de Pôle emploi, avec la création d’une application innovante qui permet d’améliorer son parcours professionnel.

Proxem est adhérent du Pôle Systematic depuis 2007. En 2014, dans le cadre d’un accompagnement du service Croissance des Entreprises, le Pôle avait identifié des besoins en stratégie et marketing. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Effectivement. Dans le cadre de cet accompagnement, nous avons recruté une jeune commerciale anglo-saxonne qui aujourd’hui nous aide à développer les marchés à l’export, notamment européens.

« Proxem a le meilleur produit du monde dans sa catégorie. »

A ce propos, quelle place occupe Proxem dans le monde et quelles ambitions nourrissez-vous à l’international ?

Aujourd’hui, grâce à la confiance de nos clients, nous sommes devenus leader français sur notre secteur. Sur le plan technologique, Proxem a le meilleur produit du monde pour l’analyse sémantique, en termes de puissance et de simplicité d’usage. A ce stade, notre objectif est de devenir leader européen. Nous avons à ce titre commencé à réaliser une part de notre chiffre d’affaires à l’export, pour près de 15% (en Belgique, au Luxembourg, en Italie et en Allemagne).

Par l’intermédiaire du Pôle Systematic, Proxem a été labellisée Entreprise Innovante des Pôles (EIP). Dans quelle mesure cette identification vous a-t-elle été bénéfique ? 

Je suis très heureux d’être adhérent du Pôle Systematic et d’avoir bénéficié de cette labellisation. Il faut noter que notre levée de fonds a été indirectement liée au programme d’accompagnement et de préparation aux pitchs de Systematic Paris-Region.

>> Pôle de compétitivité Systematic Paris-Region, qui sommes-nous ?

Plus récemment, en 2018, le Pôle a identifié Proxem comme « Graine de Champions ». Que vous apporte ce type de reconnaissance et l’accompagnement qui en découle ?

Effectivement, Proxem a été identifié Graine de Champions du Pôle. C’est pour nous un ensemble de mécanismes d’accompagnement qui vont nous aider à devenir leader européen, qui reste notre objectif pour 2019-2020.

Enfin, quel regard portez-vous sur les pôles de compétitivité en général et sur Systematic Paris-Region en particulier ?

Nous avons au total 6 projets de recherche labellisés. Deux ont été réalisés avec Systematic. Il s’agit, en 2008, de SCRIBO (Semi-automatic and Collaborative Retrieval of Information Based on Ontologies, qui nous a permis d’être pionnier en France sur le machine learning pour le Text mining). Et de PCU en 2018.

Globalement, nous considérons que les pôles de compétitivité sont d’excellents mécanismes, qui permettent à des startup d’avoir accès à un catalyseur et à des accélérateurs de croissance.

« Nous assisterons à l’horizon 2025 à un saut qualitatif important de l’IA. »

Quelle est l’actualité de Proxem ?

Nous avons lancé Chatbot Studio en juin 2018, une plateforme généraliste qui permet de comprendre du texte. Nous proposons aussi depuis peu une extension Outlook qui aide à répondre à des e-mails en amorçant automatiquement le brouillon de la réponse.

Enfin, nous travaillons sur le dossier de notre prochaine levée de fonds. Cette levée de fonds servira notamment à financer notre développement européen, commerce et marketing, et également, à renforcer le volet R&D.

Sur quelles nouvelles thématiques se concentre actuellement Proxem ?

Proxem a lancé son propre Chatbot Studio fin juin 2018. L’idée est d’offrir aux entreprises une solution d’analyse sémantique complète c’est-à-dire capable de gérer tous les flux textuels et tous les cas d’usages où il est possible de créer de la valeur en transformant du texte en data. Egalement, nous avons lancé une offre très innovante qui vise à analyser les documents longs tels que des appels d’offres ou des contrats : il s’agit d’une offre pour les services juridiques des entreprises, notamment pour aider à s’assurer de la conformité des documents.

Et quels seront les prochains sujets, à l’horizon 2015 par exemple ?

A plus long terme, Proxem travaillera sur des intelligences artificielles fortes, capables de largement comprendre ce que demande un utilisateur humain que ce soit au sein de l’entreprise ou dans l’univers consommateur et d’effectuer automatiquement un certain nombre d’actions pour son compte. Ce qu’on appelle intelligence artificielle (IA) aujourd’hui, ce sont des IA faibles qui ont une compréhension encore superficielle du langage humain. Nous assisterons à l’horizon 2025 à un saut qualitatif important. Les sujets de R&D tourneront autour de l’IA forte, avec une meilleure compréhension du langage humain et des capacités à gérer plusieurs tâches simultanément.

Pour en savoir plus sur la société Proxem

@proxem