Article

Entre le Québec et la France , les partenariats se renforcent et « l'histoire numérique se construit »

Publié le 16 mars 2018

Entretiens, présentations, rendez-vous d’affaires… Lors de sa visite officielle en France, le Premier ministre du Québec, Philippe Couillard, accompagné d’une délégation économique, a mené une mission économique d’envergure dans les secteurs de l’aérospatiale, de l’entrepreneuriat et du numérique.

Une importante délégation du Québec s’est rendue à Paris et à Toulouse dans le cadre d’une mission économique du 4 au 8 mars 2018. Organisée par le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, en collaboration avec la Délégation générale du Québec à Paris, cette mission a été l’opportunité de rencontrer plusieurs de ses partenaires français. Le Québec et la France souhaitent, en effet, renforcer leur coopération dans le domaine économique, notamment en matière d’innovation numérique et d’intelligence artificielle.

« C’est avec ce type de rencontres et de visites que s’écrit l’histoire entre les écosystèmes numériques français et québécois », analysait le Directeur du service international du Pôle Systematic, Thierry Louvet, qui a accompagné la délégation québécoise durant cette semaine de visite officielle.

« Ces initiatives et rencontres sont formidables. Les annonces officielles qui ont été faites par le Premier ministre du Québec, Monsieur Philippe Couillard, sont le signe de l’envie bilatérale économique entre nos deux pays », remarquait Damien Pereira, Attaché aux Affaires Economique et Commerciales.

« Je viens pour observer le marché français en vue d’une croissance future »

Les chefs d’entreprises québécoises ont pour leur part découvert les dispositifs mis en place en France comme le notait Marc-Etienne Ouimette, Directeur de ELEMENT IA, start-up de 300 employés, fondée il y a plus d’un an et qui vient de lever 135 M de dollars.

« C’est pour nous très intéressant de voir ce qui se passe en France. J’ai pour ma part une perspective de chefs d’entreprise. Je viens pour observer le marché français en vue d’une croissance future, mais aussi pour comprendre l’aspect réglementaire, législatif autour de l’IA.»

« Mes premières observations sont intéressantes, il se passe beaucoup de choses positives, c’est dynamique, nous avons rencontré une douzaine d’entreprises, il semble y avoir un beau réseau, beaucoup d’échanges. Nous avions connaissance de la force universitaire, mais le côté incubateurs, écosystèmes, est méconnu. C’est nouveau pour nous de constater cette dynamique en France. Nous en sommes ravis. »

« J’ai habité à Paris il y a 7 ou 8 ans, j’avais un projet de recherche pour Science Politique et le développement des écosystèmes numériques n’étaient pas au niveau qu’ils sont aujourd’hui. » « il y a des affaires et des clients très importants ici en France et vice versa. Les entreprises françaises ont accès à un potentiel d’affaires au Québec énorme, Montréal est la deuxième ville francophone au monde.»

« La France est la porte d’entrée pour l’Europe pour le Québec, et pour les Français le Québec est la porte d’entrée vers l’Amérique du Nord ».

Présentation du Pôle Systematic Paris-Region à la délégation québécoise à Station F

Fadwa Sube, membre du Bureau Exécutif et Présidente d’Optiva Capital et Thierry Louvet, directeur du service international du Pôle Systematic Paris-Region avec la délégation économique québécoise, jeudi 8 mars 2018, à la Station F, à Paris. © Systematic Paris-Region

Jeudi 8 mars, une activité de rencontre et de découverte de l’écosystème numérique français s’est déroulée à la Station F. La délégation était accompagnée par la Direction Générale du Trésor, la Mission French Tech, l’Agence du Numérique.  Également, des présentations de partenaires institutionnels et de pôles de compétitivité, dont Systematic Paris-Region, étaient prévues. Le Pôle Systematic était représenté par Fadwa Sube, membre du Bureau Exécutif et Présidente d’Optiva Capital et Thierry Louvet, directeur du service international du Pôle Systematic Paris-Region.

La feuille de route de cette 20e rencontre alternée des premiers ministres français et québécois, exposait ainsi comme objectif de mettre la coopération économique au service de l’innovation :

Les premiers ministres québécois et français s’entendent pour que l’innovation, la science et la technologie servent de leviers de croissance et contribuent davantage au développement économique de leurs deux nations. Ils entendent déployer des efforts pour soutenir la commercialisation des nouvelles technologies, l’échange de meilleures pratiques et la mise en relation des entreprises émergentes et matures, dans les secteurs prioritaires identifiés par les deux pays. Les premiers ministres partagent d’ailleurs l’ambition de stimuler les innovations par les technologies et les données, d’accélérer la transformation numérique des PME et l’adoption du commerce électronique, de soutenir la formation et d’assurer un environnement d’affaires attrayant et favorable au déploiement du numérique. Les premiers ministres expriment leur souhait qu’un groupe de travail sur les enjeux du numérique soit créé afin d’identifier les sujets prioritaires de coopération au bénéfice des écosystèmes français et québécois.

Lors d’un long entretien tenu à l’Elysée, le Premier ministre québécois et le Président français ont abordé les thèmes suivants : échanges commerciaux, numérique, intelligence artificielle, lutte contre les changements climatiques, l’éducation et la formation et la Francophonie. Ils ont par ailleurs réitéré leur volonté d’intensifier la relation franco-québécoise « afin que celle-ci soit un vecteur de changement et de solutions concrètes aux grands enjeux du 21e siècle. »

« À l’heure où le monde subit de profonds et rapides changements, la relation politique, économique et diplomatique que nous avons approfondie au fil des ans avec la France prend une importance grandissante. Cette première rencontre avec le président français a confirmé non seulement les liens d’amitié qui unissent le Québec et la France, mais surtout notre volonté mutuelle d’unir notre créativité, notre savoir-faire et notre talent pour relever les défis de notre époque. M. Macron et moi-même avons une vision et des ambitions communes qui nous permettront de moderniser cette relation historique. Le nouveau Québec, tout comme la France, mise sur le développement économique durable, la jeunesse et l’éducation, et accorde une grande importance au numérique, à l’innovation et aux nouvelles technologies », a déclaré Philippe Couillard.