Article

#OSIS 2016 : Les géants américains fans de hautes technologies françaises

Publié le 27 mai 2016

« La fine fleur de la programmation francilienne » s’est donnée rendez-vous le 12 mai dernier au Printemps de l’Innovation Open Source à l’occasion d’une série d’ateliers sur les langages et outils pour la fiabilité logicielle. « Aujourd’hui c’est même la Silicon Valley qui vient à nous » se réjouit Roberto Di Cosmo (Irill, Inria, UPD / Irif), président de la programmation de l’OSIS et qui présidait le programme de cette journée avec Emmanuel Chailloux (Irill, LIP6 / UPMC), « avec notamment la venue de développeurs de Facebook ». Un retour aux sources pour ces experts formés par l’excellence française académique soutenue par Systematic Paris-Region.

Augmenter la fiabilité d’un logiciel permet à la fois de diminuer les risques pour ses utilisateurs, et de réduire les coûts pour ses concepteurs. Celle-ci fait la réputation de l’hexagone comme le souligne Roberto Di Cosmo, également vice-président académique du Groupe thématique Logiciel libre de Systematic : « Ici en France, on a cette tradition de développer des outils avancés pour la programmation qui sont pour la plupart distribués en open source et qui contribuent au travail collaboratif dans le monde académique. Certains de ces outils se retrouvent maintenant dans des entreprises comme Facebook ou Microsoft ». Le monde du logiciel est avant tout « sans frontière » selon Julien Verlaguet, Software Engineer chez Facebook (San Francisco). « L’open source est vraiment une valeur universelle même si la France et ses ingénieurs tirent leur épingle du jeu grâce aux bonnes écoles et formations dans l’open source. »

Beaucoup plus de clients aux Etats-Unis

Un savoir-faire qui s’exporte également à travers les start-up françaises comme OCamlPro, membre du Groupe thématique Logiciel Libre du Pôle Systematic Paris-Region. Cette entreprise aide les sociétés sur le langage OCaml « car c’est un langage d’avenir qui a l’avantage de diminuer le time-to-market et les coûts de production. » analyse Fabrice Le Fessant, fondateur d’OCamlPro. « On fournit de la formation, du conseil et du développement à la demande pour les industriels et les développeurs qui veulent se mettre à ce langage ». 80% du chiffre d’affaire de l’entreprise installée à Gif-sur-Yvette, est réalisé à l’étranger.  « Nous avons beaucoup plus de clients aux États-Unis car la problématique est différente » explique Fabrice Le Fessant. « En France il y a beaucoup, voire exclusivement des SSII, alors qu’outre-Atlantique les sociétés sont réputées pour être de grands éditeurs qui cherchent à abaisser les coûts logiciels et à améliorer leur qualité. Pour ça, ils ont besoin de langages tels qu’OCaml ».

“Liker” en toute fiabilité

Ce langage est considéré comme le fleuron de la technologie française, issue de plus de vingt années de recherche à l’Inria et mise en avant par une étude de l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information) pour ses garanties en termes de sécurité. Il est utilisé dans l’avionique, le secteur bancaire et financier ainsi que dans le cloud avec Citrix, et chez Facebook qui fait reposer le cœur de son infrastructure sur Hack, un PHP typé écrit en OCaml. Qui aurait dit il y a 30 ans que notre tradition mathématique française nous donnerait tous envie de “Liker” en toute fiabilité ? Pour Roberto Di Cosmo « Cela prouve qu’on n’a pas besoin d’aller jusque dans la Silicon Valley pour voir naître les innovations de demain ! ».

>> Présentations projetées lors de la journée du 12 mai

Au sujet du Printemps de l’Innovation Open Source :

Initié par le Groupe thématique Logiciel libre de Systematic, cet événement complémentaire du Paris Open Source Summit en est à sa deuxième édition et  veut mettre en valeur la qualité de la collaboration entre académiques et industriels sur des technologies à l’état de l’art en logiciel libre ou open source. 

Le programme complet : www.open-source-innovation-spring.org/